Accueil > Théologie > Discuter avec un fondamentaliste (1)

Discuter avec un fondamentaliste (1)

samedi 30 novembre 2013, par Freyr

La discussion avec un fondamentaliste est généralement impossible du fait que ce dernier (et souvent l’autre partie il est vrai) ne cherche pas à échanger mas à affirmer.

Un fondamentaliste ne cherchera jamais à étayer ses positions mais à abattre les votres. Donc il ne sert à rien d’argumenter frontalement avec eux. Le plus simple, et le plus amusant est plutôt de jouer le benêt et posant des questions simples.

Nous allons prendre la position chrétienne comme exemple mais c’est transposable pour tous les fondamentalismes.

Un angle intéressant est l’historicité de la bible [1] et plus particulièrement de Jésus. Il est inutile d’affirmer péremptoirement que la bible est anhistorique ou que Jésus n’a pas existé ou plus timidement, pas fait de miracle, qu’il était un homme comme les autres. Plus rusé est de poser une question du style : "Mais a-t-on des preuves hors de la Bible de tout cela ? Sans preuves je ne peux pas croire.".

Le chrétien là à plusieurs réponse que nous allons étudier maintenant.

La première, la plus facile à démonter c’est "Mais la BIBLE est la PAROLE de DIEU. Tout est vrai". Là il suffit de demander dans la bible elle-même il est prétendu qu’elle est la parole de Dieu. Et là le débat est terminé. En effet, dans l’ancien testament hormis les paroles prophétiques rapportées sous une forme telle que "La parole de l’Eternel ..." jamais l’ancien testament ne prétend être la parole divine. C’est dans le nouveau testament en 2Timothée 3:16 que l’on trouve cette prétention pour la première fois "Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice". Cela ne s’applique qu’à l’ancien testament et pas au nouveau. Pour le nouveau, le chrétien va citer 1 Timothée 5:18 qui cite Luc et appelle cela "écriture" estimant que cela authentifie tous les évangiles (raccourci rapide) et 2Pierre 3:16 ou le rédacteur évoquant les écrits de Paul dit que "les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine.".

Hormis cela, rien d’autre. Donc en admettant que Pierre authentifie Paul (même si tout le monde s’accorde à dire que 2Pierre n’est pas de l’apôtre éponyme), que Paul authentifie Luc et l’AT, que faire des écrits de Jean, Jacques, Jude ?

L’affirmation que la bible est la parole de Dieu est tellement légère que même le théologien fondamentaliste Wayne Grudem lorsqu’il affirme que la bible s’authentifie elle-même ne peut que convenir "Nous devons admettre qu’il s’agit en effet d’une sorte de raisonnement circulaire. Cela n’en fait pas pour autant un raisonnement illégitime, car tous les arguments visant à démontrer l’autorité absolue de quelque chose doivent tôt ou tard faire appel à cette autorité pour asseoir leur légitimité : autrement cette autorité n’est ni absolue ni souveraine." [2]. Plus loin l’auteur continue sa démonstration : "parce que le péché déforme la perception que les gens ont de la réalité, ils ne reconnaissent pas la vraie nature de l’Ecriture." [3].

Dans n’importe quel autre domaine ce type de raisonnement serait immédiatement sanctionné d’invalidité. Plus circulaire que cela tu meurs : la bible est la parole de Dieu par ce qu’elle l’affirme (pas tant que ça pourtant) et si vous ne le croyez pas c’est à cause du péché, péché dont justement la bible parle.

Le faire remarquer poliment à votre interlocuteur ne pourra que l’aider. Dites lui de revenir quand il aura étayé sa position autrement que par une foi aveugle.


[1Sans majuscule

[2Wayne Grudem - Théologie Systématique - Editions Excelsis 2010 - p. 63ss.

[3Ibid. p.64