Accueil > Théologie > Discuter avec un fondamentaliste (3)

Discuter avec un fondamentaliste (3)

dimanche 1er décembre 2013, par Freyr

Encore un article sur les discussions avec les fondamentalistes autour de l’historicité de la bible et notamment l’histoire de l’Homme telle que racontée par la bible.

Toute lecture littérale de la bible conduit nécessairement au créationnisme et donc au refus de l’évolution, doctrine que l’on appelle fixisme. Certains chrétiens admettront éventuellement un transformisme pour les animaux et les végétaux mais généralement limités au sein de l’espèce et pas entre les espèces. Mais il est clair qu’en général toute idée d’évolution, ou de transformisme, est refusé concernant l’homme.

Selon la bible l’homme a été créé par Dieu et la femme est issue de l’homme. De là toute l’humanité. Sauf que cette humanité à été détruite lors du déluge et que seul Noé, sa femme, ses trois fils et leurs épouses ont survécu. En suivant la chronologie biblique on arrive à -2500 avant Jésus Christ environ. La question donc à poser naïvement et toujours avec gentillesse est la suivante : "Comment expliquez-vous l’existence des différents génotypes (avant on aurait dit races) répartis sur toute la surface de la planète aussi rapidement ?" Le tout, rappelons-le, à partir de seulement trois hommes et trois femmes. Nier la variation de l’espèce humaine ne tient pas une seule seconde, il suffit de voyager un peu pour s’en rendre compte.

Evidemment le chrétien vous dira en citant la bible que les descendances de Noé couvrent toutes ces variations génétiques. D’une part cela implique donc variation et donc le transformisme a minima intra-espèces ce qui est étonnant vu que l’homme a été créé parfait. D’autre part quand on regarde de près le texte on obtient la couverture géographique suivante :


(source)

On voit bien que les populations asiatiques, amérindiennes et nordiques sont totalement occultées. On constate aussi que Cham [1] aurait engendré le peuple palestinien, lybien, égyptien, éthiopien et arabe, si ce n’est pas l’aveu d’une variation génétique et donc de la théorie transformiste, certes rapide et maladroit, cela y ressemble fortement !

Ce raisonnement s’applique évidemment aux animaux dans la bible (demandez à un chrétien comment les marsupiaux sont arrivés là où ils sont).

Après certains s’en sortent en parlant d’évolution dirigée mais dans ce cas cela revient à dire que la bible est une métaphore complète auquel cas on retombe toujours sur ses pieds en interprétant comme ça nous arrange.

En résumé, là encore la confrontation ne sert à rien. Comme dit le proverbe : "laissez pousser les mauvaises herbes pour mieux sarcler".


[1dont la fameuse malédiction a justifié l’esclavage des africains par de pieux chrétiens