Accueil > Théologie > S’amuser avec un croyant (1)

S’amuser avec un croyant (1)

jeudi 12 décembre 2013, par Freyr

La pire chose à faire avec un croyant est de le laisser dérouler son discours. En effet il est en général bien rôdé comme celui d’un "vendeur de voitures" [1]. Il faut bien comprendre que l’évangélisation (ou l’équivalent dans les autres religions) est travaillée, répétée. Cela s’approche plus de la rhétorique que de tout autre discipline. Un "évangéliste" produit le même discours (ou le même fil de discours) et l’affine au fur et à mesure des questions et objections soulevées mais après quelque temps on constate que les interlocuteurs tournent toujours autour des mêmes sujets (Adam avait-il un nombril ? Comment tous les animaux sont rentrés dans l’arche de Noé ? Pour l’Eglise a massacré des millions de gens et justifié l’esclavage ? etc). Tous ces points ont des réponses, ou plutôt des échappatoires qui laissent souvent pantois celui qui veut s’amuser en discutant avec notre croyant.

Il est donc important de revenir aux fondamentaux et poser des questions vraiment précises, en particulier sur la vie chrétienne.

La prière

- Vous croyez à la puissance de la prière ?
- (le chrétien ne peut que répondre :) Oui, bien sûr !
- Alors pouvez-vous me dire combien de fois vos prières ont été exaucées et combien de fois elles ne l’ont pas été ? Quel est le pourcentage d’exaucement ?

Ici le chrétien devra convenir que toutes ses prières ne sont pas exaucées mais ne lâchez pas le morceau, demandez bien le taux de réussite. Vous arriverez en général à un taux assez faible (inférieur à 20 %, si c’est plus c’est que soit le chrétien ment, soit il n’a que des prières "aisées" du style guérir suite à une grippe). A partir de là vous pouvez demander pourquoi prier alors vu cette faible réussite mais là le chrétien peut enchaîner sur la notion de commandement et qu’il le fait pour dialoguer et par pour l’exaucement. Le mieux est de cesser là la conversation et d’enchaîner. La question lui restera en tête.

Les miracles

Sur les questions des miracles il y a deux catégories de chrétiens, ceux qui sont "cessationistes" et les autres.
Un cessationiste répondra un "oui" mitigé car il croit que les gros miracles (foudre qui descend du ciel sur commande, résurrection des morts, guérison de lèpre ou autre avec imposition des mains ou à distance, etc) ont cessé avec les apôtres, les miracles étant des signes pour appuyer la Révélation et que maintenant la bible suffit. Mais même cette catégorie croit que Dieu peut encore intervenir dans le monde de manière miraculeuse.
Avant de continuer il faut aussi définir ce qu’on entend par miracle. La définition de Wikipedia est correcte, un miracle est nécessairement un événement surnaturel que l’on ne peut pas expliquer. Cela normalement élimine les guérisons spontanées que l’on constate y compris chez les non croyants. Un miracle est vraiment quelque chose qui est une "anomalie" dans la continuité des événements. Reprenons l’exemple cité plus haut de la résurrection des morts (après plusieurs jours passés dans la tombe comme pour Lazare), léviter, être vu (avec des preuves) à plusieurs endroits différents au même moment, faire tomber la foudre du ciel sur commande (comme Elie), marcher sur l’eau, arrêter la course du soleil, etc.
Cette définition est très important car le croyant a tendance à appeler miracle ce qui n’en est pas (une femme qui tombe enceinte après des années d’échecs, le fiston qui réussi son bac, la fille qui a échappé de peu à une agression, etc).
Donc gardez bien cela à l’esprit et maintenant le jeu de questions.

- Vous croyez aux miracles ? Oui ! (ou "mmmh oui ..." pour les cessationistes). Avez-vous déjà vu un miracle ?

Classiquement, le croyant va vous donner des témoignages entendus dans les églises ou lus dans des livres (le bon chrétien lit ce genre de livre pour affermir sa foi, normal vu la réponse qui va venir). Là poussez le dans ses retranchements :
- Non mais vous personnellement, avez vous déjà vu un miracle ?

Et là réponse sera "non" (en gardant à l’esprit ce qu’est un miracle). J’ai posé la question à beaucoup de chrétiens, pasteurs, etc, aucun n’a jamais vu de vrais miracles pourtant les livres en regorgent. Essayez ce jeu, vous verrez.

La nouvelle naissance

Le principe de base d’une religion, d’une foi, c’est qu’elle est censée avoir un impact sur votre vie, normalement en bien et en mieux. Hormis les religions miroirs (satanisme, luciférisme, etc), la plupart des religions ont prétention à vous rendre meilleur. Chez les chrétiens fondamentalistes ça s’appelle "la nouvelle naissance" (lisez Jean 3). Cette nouvelle naissance est censée vous transformer intérieurement, vous devenez "enfant de Dieu", a minima vous êtes à "l’image de Christ".
Pour vendre son coupé cabriolet sa religion, le croyant vous amènera sur le sujet du développement personnel (comment changer, améliorer sa vie, etc) en vous expliquant que le péché vous empêche d’avancer et que seule la nouvelle naissance en Jésus-Christ par le Saint-Esprit peut le faire, que c’est un don gratuit de Dieu, etc. On en arrive donc à l’échange tant attendu.

- Donc si je nais de nouveau ma vie sera transformée et je deviendrai meilleur ?
- Oui ! Vous ne serez plus esclave du péché.
- Alors tous ceux qui sont nés de nouveau sont libérés du péché ?
- Oui ! (Là le bonhomme peut s’emballer et sortir un truc comme quoi lui il est libéré et va beaucoup mieux, blablabla.)
- Donc les nés de nouveau ne mentent pas ? Ils ne volent pas ? Ne copient pas illégalement de films sur internet ? Ne travaillent pas au noir ? Ne sont pas racistes ? Accueillent les étrangers ? Ne sont pas misogynes ?
- ...
- Alors ?
- Hélas cela arrive, car la chair est faible (là vous aurez peut-être un discours autour de Romains chapitre 7 à 9).
- Mais alors concrètement la nouvelle naissance se traduit par quoi ?
- Par l’amour de la Bible, l’amour des autres, on veut connaitre Dieu et aller à l’église.
- Mais ça plein de gens le font alors ils sont tous nés de nouveau ?
- ... non car il faut croire en Jésus.
- Donc qu’est-ce que ça change vraiment dans la vie des gens s’ils agissent pareil ?
- Ah mais ils sont différents, les alcooliques ne boivent plus, les drogués ne se droguent plus ...
- Donc il n’y a pas d’alcooliques dans les églises.
- Si ça peut arriver c’est une grave maladie.
- Alors tous les nés de nouveau ne sont pas guéris de l’alcoolisme ?
- Non, la chair est faible.
- Donc hormis vos rituels (lire la bible, aller à l’église) rien ne permet de voir la différence entre un né de nouveau et quelqu’un de sympa travaillant dans l’humanitaire et aidant les autres.
- Au jour du jugement si, car seuls ceux réellement nés de nouveaux iront au Paradis et les autres en Enfer.
- Ah ! Donc si je suis né de nouveau et que je regarde du porno en buvant de l’alcool après avoir battu ma femme j’irai au paradis et pas le gars qui a consacré sa vie à alphabétiser en Afrique mais qui est athée.
- Oui mais si vous êtes réellement né de nouveau vous ne ferez pas cela !
- Mais vous avez dit qu’on rencontrait ces gens dans les églises quand même.
- Car tous ceux qui se disent chrétiens ne le sont pas vraiment ! Ils n’ont pas été vraiment sauvés, il ne sont pas vraiment nés de nouveau.
- Ah donc vous n’avez aucun moyen de voir la différence entre quelqu’un vraiment né de nouveau et un autre qui ne l’est pas ou le croit à tort.
- Hélas non, seul Dieu sait.
- Donc la nouvelle naissance n’est pas efficace si on ne peut pas en distinguer les effets.


[1L’expression ne vient pas de moi mais d’un professeur d’homilétique adulé dans son église