Accueil > Théologie > Sur les sacrifices humains

Sur les sacrifices humains

vendredi 28 février 2014, par Freyr

Un sujet intéressant à étudier est celui des sacrifices humains. Ce rite apparaît comme barbare dans nos sociétés modernes et chez les religions monothéistes comme une idolâtrie, c’est-à-dire une pratique non digne de Dieu.

Attardons nous en premier lieu sur la signification du sacrifice humain et pour cela nous nous tournons vers le Littré en premier.

Sacrifice :
- Chez les chrétiens, le sacrifice de Jésus-Christ, la mort de Jésus-Christ sur la croix pour la rédemption du genre humain.
- Sacrifice perpétuel, sacrifice par lequel on offrait tous les jours quatre agneaux en holocauste, deux le matin et deux le soir.
- Sacrifices humains, sacrifices dans lesquels la victime est un être humain.

Sur wikipedia on trouve :

Un sacrifice humain est un rite religieux [...] pour s’attirer les faveurs des dieux.

Peu importe ce qu’on offre en sacrifice, le principe est qu’il s’agit d’un paiement en vue d’obtenir quelque chose du dieu, et que la monnaie est une vie.
Il s’agit d’un rite soit propitiatoire - destiné à favoriser les événements à venir - soit expiatoire - destiné à obtenir le pardon d’un acte passé.

On peut donner en exemple Iphigénie (à noter que le fait qu’elle ait échappé à la mort est une tradition tardive apparue lorsque les sacrifices humains paraissaient odieux) : Agamemnon, son père, l’immole pour apaiser Artémis et avoir ainsi la faveur des vents. Ici on est à mi-chemin entre le propitatoire et l’expiatoire (en grec hilasterion couvre les deux).

Il existe aussi des sacrifices en guise de remerciements.

Revenons donc à nos religions monothéistes qui citent Abraham pour montrer comment Dieu a stoppé les sacrifices humains.

Quand on lit en Deutéronome 21:21 à propose des enfants désobéissants : "Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne." ou alors sur la femme adultère en Deutéronome 22:20-24 "on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père ; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.", tout cela doit être fait car "lorsque tu obéiras à la voix de l’Éternel, ton Dieu, en observant ses commandements et ses ordres écrits dans ce livre de la loi, lorsque tu reviendras à l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme." (Dt 30:10) mais"si ton coeur se détourne, si tu n’obéis point, et si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, je vous déclare aujourd’hui que vous périrez" (Dt 30:17-18).
On constate qu’il y a conditionnement. La mort des délinquants est nécessaire sinon Dieu punira. Il s’agit bien d’un rite d’apaisement du Dieu.

On pourrait donner aussi d’autres exemples, nombreux, dans la Bible (y compris dans le Nouveau Testament puisque la mort de Jésus est par essence même un sacrifice humain - volontaire peut-être de son côté mais exigé par Dieu) ou dans les autres religions monothéistes - ou non - ayant des concepts et rites similaires.

Toute mise à mort ordonnée par un dieu est un sacrifice humain dès lors que sa non application implique une punition divine au même titre que si son application accorde une bénédiction.

On voit ainsi l’hypocrisie qui consiste à se draper dans une morale prétendument plus élevée alors que les fondements sont strictement les mêmes.
Il ne s’agit que d’une posture, un vernis.