Accueil > Théologie > Tu es anti-chrétien !

Tu es anti-chrétien !

mardi 2 septembre 2014, par Freyr

Souvent quand vous discutez avec un croyant et n’êtes pas dans l’indifférence mais engagé dans la discussion, si le chrétien perd pied, ou le croyant monothéiste de toute obédience, il vous dira certainement : "tu es anti-chrétien, qu’est-ce qui te met mal à l’aise avec ma foi que tu sois contre ?".

Cette une technique argumentative bien connue. Tout d’abord on attaque la personne non plus sur ses idées telles qu’exposées mais sur l’intention cachée qu’on leur porte. Ensuite on bascule dans l’émotionnel, dans l’affectif, pour chercher à établir une discussion non plus basée sur la raison, mais sur les sentiments.

Comme l’a dit Jésus en Matthieu 26:52 "tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée". Donc utilisons la même arme et répondons : "toi, tu veux que je me convertisse, pourquoi es-tu donc anti-athée ? Qu’est-ce qui te mets mal à l’aise avec mon absence de foi ?".

Vous pouvez toujours citer quelques passages illustrant l’anti-"non croyant" (non-juif d’abord, non-chrétien ensuite) comme :
- Marc 7.24-30 (Jésus compare les Samaritains, qui croyaient à une partie de l’ancien testament seulement, à des chiens)
- 2Corinthiens 6, les non croyants sont des "infidèles", de "Bélial" (démon de l’homosexualité), des "ténèbres", et surtout de "l’iniquité" puisque seuls les chrétiens sont "justes".
- Romains 3 : les non croyants sont "dévoyés", "pervertis", "Leur gosier est un sépulcre béant, et leur langue sert à tromper. Leurs lèvres sont chargées d’un venin de vipère", etc

Notons que nous ne citons pas l’Ancien Testament car ça serait trop facile de piocher dedans ce qui a trait au racisme, la misogynie (pour ça aussi Paul est très fort nous y reviendrons).

Bref, celui qui a une posture ’anti’ bien plus que vous, c’est bien le croyant. Il est possible évidemment d’adapter le discours à toute autre religion dont la nature ne peut supporter l’existence d’une contradiction à son égard.